Search
  • Dana

Comment je suis devenu Chrétienne: Chapitre 1

"Le christianisme n'est pas un exercice oriental dans lequel la "contemplation" est le résultat de techniques. C'est une communion d'amour avec le Bien-Aimé Suprême et non pas une simple conscience impersonnelle et neutre de la réalité et de soi-même au centre de celle-ci" -Fr Thomas Dubay


Une nuit de 2006, je suis resté éveillé dans mon lit. En regardant le chêne massif devant la fenêtre de notre chambre, dans la Nymphenburgerstr. à Munich, j'ai ressenti un sentiment de solitude qui dépassait toute impression psychologique ou émotionnelle. Mon copain était dans le lit à côté de moi, mon fils dormait dans sa chambre et, pour autant que je sache, les amis et les parents poursuivaient leurs activités en toute sécurité. En tout cas, je n'aurais pas dû me sentir seule ; j'avais de bons amis, ma mère était décédée l'année précédente, mais le reste de ma famille était bien vivant. Alors que je me trouvais dans la pénombre, la brume orange-sodée d'un lampadaire illuminait le mobilier de la pièce, mais mes yeux regardaient par la fenêtre et se levaient dans l'espoir vain de voir des étoiles dans une ville trop éclairée par la lumière artificielle pour révéler des diamants dans le ciel. Aucune étoile n'était visible, au contraire, j'étais dans un monde sans ciel et dans une ville que certains expatriés appelaient "Toy Town" parce qu'elle était, à l'époque, pittoresque et sûre. Mais je me sentais complètement seul dans l'univers et cette prise de conscience du vide m'a incité à faire quelque chose que je n'avais pas fait depuis des années et que je n'avais jamais fait avec mon cœur : cela m'a incité à prier.


J'ai dit : "Dieu, je sais que tu n'es pas réel. Je sais que tu n'existes pas, mais j'aimerais que tu existes. J'aimerais pouvoir croire en toi parce que sans toi, je me sens si seule". C'était tout. J'ai fermé les yeux, je me suis endormie et je n'ai pas prié pendant longtemps, mais... quelque chose s'est passé à ce moment-là. À mon insu, quelqu'un écoutait. Je ne le savais pas à ce moment-là, mais cette petite prière incrédule du "Je voudrais que tu sois réel", dite du fond du cœur, a suffi à attirer l'attention du Créateur de l'Univers. Que nous sommes petits, mais que la puissance de la plus simple des prières est grande.


Ma vie a commencé à changer rapidement après cette nuit. En trois mois, après avoir demandé à Dieu d'exister et de guérir ma solitude, tout a changé dans ma vie. J'ai quitté mon copain, j'ai envoyé mon fils chez ma soeur pendant un certain temps et j'ai quitté l'Allemagne pour Paris. Avec l'espace créé dans ma vie en quittant une relation toxique, et les soirées tranquilles passées dans une ville où je ne connaissais personne, j'ai eu le temps de réfléchir et j'ai commencé à poser des questions plus sérieuses sur la nature de l'univers. J'avais été élevé dans la secte semi-chrétienne des Témoins de Jéhovah mais j'ai quitté cette secte à l'âge de 17 ans. Parfois, à la fin de la vingtaine, j'ai décidé de devenir athée pour découvrir que j'étais plutôt agnostique. Cette découverte a eu lieu la semaine où ma mère est morte. Enfant, on m'a appris que nous n'avons pas d'âme, qu'à la mort, nous cessons tout simplement d'exister. C'est ce que les Témoins de Jéhovah croient. Il était donc assez facile de devenir athée, mais mon athéisme a été interrompu par la conscience intérieure constante qu'il y avait effectivement quelque chose de magique et de surnaturel dans la réalité. Je n'étais tout simplement pas sûr de ce que ce "quelque chose" était ou de ce qu'il signifiait.


Après la mort de ma mère, une série de rêves m'a convaincu, sans aucun doute, que ma mère n'était pas morte, que nous avons une âme, et cela continue d'une manière ou d'une autre. Mais ce qu'était cette âme, d'où elle venait et où elle allait était un mystère pour moi. L'âme existait, j'en étais sûr. Mais Dieu ? Le vieil homme dans le ciel qui jugeait sévèrement le monde et détestait les non-croyants ? Non, il n'existait absolument pas. Et pourtant, j'aspirais à un Dieu auquel je pouvais croire, non seulement parce qu'il m'aimait inconditionnellement, mais parce qu'il était, en fait, tout à fait réel.


Dieu est un gentleman. Il ne saute pas du coin de la rue pour dire "Me voici !" à des âmes fragiles qui ne sont pas encore prêtes pour Lui. Dieu est doux et il conduit avec douceur. Dieu est un "murmureur d'âmes". Il souffle de douces brises dans l'âme, la conduisant doucement et respectant ses limites. Il la laisse le chercher, même dans les endroits où il n'est pas, et lorsqu'elle fait des erreurs ou emprunte des chemins contrefaits, il lui donne le don de l'intuition et la mesure de l'intellect dont elle a besoin pour trier le vrai du faux. Sans lui, tout cela serait impossible. Elle poursuit sa quête et Dieu l'aide en plaçant des indices le long de son chemin en lui chuchotant à l'oreille : "Me voici, continue à me chercher".


C'est ce qui m'est arrivé. C'est l'histoire de mon cheminement vers Dieu, son Fils et sa Sainte Église. C'est pour cela que je suis catholique.


Chapitre 2 à venir..



3 views0 comments